• Face au succès du 19 mars, intensifions la mobilisation ! La grève générale est notre seule arme face à la crise !

    publié le 22 mars 2009

    La journée du 19 mars a été un énorme succès : 3 millions de travailleurs et de jeunes ont répondu présent à l'appel des syndicats. Les travailleurs du privé étaient particulièrement représentés, montrant ainsi leur refus de payer la crise du système capitaliste. Pourtant une fois encore les directions syndicales refusent d'ouvrir la voie vers la construction d'un mouvement d'ensemble nécessaire à la victoire. Dans leur communiqué du 20 mars, elles n'offrent aucune perspective aux travailleurs, s'en remettent à une prochaine intersyndicale (le 30 mars !) et laissent entendre que rien n'aura lieu avant le 1er mai. En outre, elles continuent à réclamer de nouvelles négociations : « D'ores et déjà,[les organisations syndicales] interpellent patronat et gouvernement pour que s'engagent sans délai les négociations et concertations indispensables ». Voilà des mois que ces négociations et concertations ont lieu et qu'elles ne mènent à rien. Nous n'avons rien à attendre d'un « dialogue » avec le patronat ni le gouvernement à son service. Comme l'a prouvé l'exemple de la Guadeloupe et de la Martinique, c'est par la seule construction d'un rapport de force que nous obtiendrons satisfaction sur nos revendications. Donnons des suites à la journée du 19 mars. N'attendons pas la prochaine journée d'action pour nous mobiliser. 

    Dans les universités le mouvement se radicalise : plus de 40 universités sont aujourd'hui en grève avec piquets de grève. Les personnels BIATOSS se mobilisent de plus en plus nombreux, jusqu'à empêcher eux-mêmes la tenue des cours dans certaines universités (Paris IV). Ils montrent la voie à suivre pour tous les secteurs attaqués : vers la grève totale et illimitée ! 

    La journée du 24 mars, qui doit rassembler les étudiants, lycéens, personnels et enseignants de la maternelle à l'université doit être une étape décisive vers l'étendue du mouvement. Nous appelons lycéens, étudiants, profs, chercheurs, personnels à construire à la fin des manifestations du 24 mars des AG interprofessionnelles, comme c'est déjà prévu dans différentes villes, pour choisir entre eux des suites à donner à cette journée. 

    Refusons l'attentisme des directions syndicales !

    C'est par une grève générale de plusieurs mois que les travailleurs des Antilles ont pu obtenir satisfaction sur leurs revendications :
    Suivons leur exemple !

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :