• A-t-on besoin du chauvinisme pour défendre les étudiants sans-papiers ?

     En ce moment, sur nos universités, l'UNEF fait signer une pétition intitulée « Egaux 

    dans les amphis, inégaux devant la loi! Signez la pétition de l'UNEF ! » sur la question 

    des étudiants étrangers. Cette pétition, accolée d’un appel, a été signé par de nombreuses 

    organisations dont celle cogérant la misère ou participant indirectement au processus des 

    réformes du gouvernement. 

     

             La Fédération syndicale étudiante se refuse à signer cette pétition. Non pas que nous 

    refusions de nous engager auprès des étudiants étrangers. La FSE est solidaire au quotidien 

    auprès des étudiants et travailleurs sans­papiers qui se battent pour leur régularisation. 

     

               Mais nous ne nous reconnaissons pas dans le contenu de l’appel : L'UNEF réclame la 

    régularisation des étudiants sans­papiers sous prétexte qu'ils sont utiles à l'impérialisme 

    français. 

     

    En effet, de quoi s'agit­il d'autre, lorsque le texte affirme : 

     

    « La législation régissant l’accueil des étudiants étrangers [se fait] au détriment du 

    développement et de l’attractivité de nos universités» 

    « Nous affirmons que le dynamisme et la participation des étudiants étrangers à la vie des 

    universités sont un atout pour nos établissements et pour le rayonnement scientifique de notre 

    pays. Ces étudiants, dont la plupart sont originaires de l’espace francophone, contribuent [...] 

    au dynamisme de notre langue et de l’expression culturelle française dans le monde.» 

     

               Derriére cette vision utilitariste, On trouve également des références à « la tradition 

    d'accueil de la France »...Tradition d'accueil de qui ? Des immigrées sur­exploités, de ceux 

    qui fuient la misère entretenue par le pillage de leur pays par la France ? A moins qu'il ne 

    s'agisse des Bongo, Sassou Nguesso et autres dictateurs corrompus qui viennent 

    tranquillement passer leur vacances à Paris ? 

     

                De plus, quelle hypocrisie chauvine de parler d' « espace francophone » et de 

    «rayonnement international » pour ne pas parler du néo­colonialisme ! 

     

                Qui plus est, en accolant la régularisation des étudiants sans papiers à la mise en 

    place d’un titre de séjour pluriannuel, l’UNEF mache la miette qu’elle obtiendra par le 

    gouvernement. 

     

                Nous regrettons par ailleurs que nos camarades de SUD étudiant aient signé cette 

    pétition. Le syndicalisme de lutte se construit sur la démarcation claire avec l'idéologie 

    dominante, et nous ne devons pas être pris au piège de l' « unité à tout prix ». L’unité ne 

    prime pas sur le combat des classes populaires. 

     

                Bien sur, la FSE est ouverte à l'unité d'action, y compris avec des militants de l'UNEF, 

    pour construire un vrai rapport de force aux côtes des sans­papiers. Mais arracher des 

    papiers pour tous et l'abrogation des lois racistes implique de combattre le chauvinisme 

    ambiant, pas de s'y soumettre et de le relayer en faisant des clins d'oeils à la bourgeoisie et 

    à ses intérêts économiques ! 

     

    Exigeons ensemble l'abrogation des lois racistes et la régularisation de tous les sans­ 

    papiers ! 


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :